Côte d’Ivoire universités d’Abidjan – Violents affrontements entre étudiants

Selon nos informations, des étudiants se réclamant du mouvement Renaissance Estudiantine et Scolaire RES, proches du ministre de l’enseignement supérieur Cissé Bacongo, ont lancé une violente représaille contre des étudiants du département de CRIMINOLOGIE, sous prétexte que les « lapideurs » du ministre lundi dernier, seraient issus de ce département. A côté des dégâts en matériels et effets personnels, on note plusieurs étudiants blessés, dont certains grièvement. Un fort détachement de police est arrivé sur les lieux, où les étudiants attaqués, préparaient une riposte «musclée» contre les étudiants du RES. Signalons que depuis hier mercredi, une attaque du RES était annoncée sur certains sites sociaux [Internet]. De violents incidents entre étudiants nous ont aussi été signalés sur le campus d’Abobo Adjamé ce jeudi.

fhb

Signez la pétition

PÉTITION DES ÉTUDIANTS DE COCODY

et sympathisants à leur cause

 

POUR LA LUTTE CONTRE LES ANNEES BLANCHES DESTRUCTRICES

à

Monsieur le Président de la République de Côte d’Ivoire

M. le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

1. Depuis la fin du mois de mars 2011, l’université de Cocody est fermée, laissant dans l’oisiveté presque 60 000 étudiants. Certains, ayant les moyens financiers nécessaires, ont pu s’inscrire dans des universités privées pour continuer leur cursus, les autres sont contraints d’attendre la réouverture de l’établissement ;

2. Les quelques mois de fermeture initialement prévus se sont prolongés et il est annoncé une réouverture, encore incertaine, en octobre 2012. Ce délai permet, selon les autorités, de restaurer les locaux et de lutter contre les réseaux estudiantins qui se sont avérés préjudiciables à la sécurité et à l’équité au sein de l’université.

3. Les années blanches successives sont préjudiciables aux étudiants qui se retrouvent désœuvrés dans l’incertitude et le stress de l’attente. En effet, la connaissance est la base de tout projet professionnel et au-delà, elle est le fondement d’une démocratie. Cette période de vacuité freine l’avenir de la jeunesse et donc celui du pays qui a cruellement besoin d’une jeunesse formée et efficiente pour relever les défis du développement.

4. Certains professeurs de l’université demeurent sans salaire depuis le mois d’avril quand d’autres restent avec des arriérés impayés de plusieurs mois.

Nous demandons au Président de la République de Côte d’Ivoire et à M. Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

1. De prendre les mesures nécessaires pour accélérer les travaux à l’université, de privilégier la restauration des bâtiments de cours plutôt que la construction des murs d’enceinte qui pourraient être construits ultérieurement. Les cours pourraient reprendre durant la finalisation de cette phase des travaux. On peut imaginer, comme cela a été fait dans d’autres pays, la mise en place de grandes bâches en lieu et place des salles de cours dans l’attente de la finalisation des travaux.

2. Dans le cas contraire de mettre en place au plus vite, avant même l’ouverture de la session parlementaire annoncée fin avril, d’une bourse destinée aux étudiants sans ressource, ne pouvant s’inscrire dans des universités privées, de manière à éviter de sacrifier leur avenir dans des années blanches successives.

3. De mettre à disposition des étudiants une liste des établissements privés sur le territoire avec leurs coordonnées ainsi que les coûts de l’inscription et de la scolarité afin de faciliter leurs recherches.

4. De veiller à ce qu’un nouveau syndicat étudiant ne soit pas en train de se mettre en place. En effet, des étudiants de l’université de Bouaké témoignent, de manière récurrente, d’un racket intimidant de la part d’un syndicat dont les agissements rappellent trop ceux de la FESCI. Ce syndicat soutenu par des hommes armés inquiète vivement les étudiants. Cette question doit être résolue au plus vite pour éviter que de mauvaises habitudes ne s’enracinent.

5. De régler les arriérés de salaire des professeurs en veillant à ce que l’ensemble des professeurs soient rémunérés pour éviter un mouvement de grève à la reprise des cours. Grève qui serait encore très préjudiciable aux étudiants.

Fait à Abidjan le 27 décembre 2011

LE DÉLAI DE RÉCEPTION DES SIGNATURES EST PROLONGÉ JUSQU’AU 1er MARS 2012

Vous signez la pétition en cliquant sur « Envoyer »